Méthode Agile : le Sprint

//Méthode Agile : le Sprint

Méthode Agile : le Sprint

La méthode Agile : une méthode mais surtout un état d’esprit pour conduire des projets avec plus de transparence, plus d’implication de l’équipe, et avec un découpage donnant de la visibilité.

Sprint : définition

Le sprint est le premier évènement de la méthode Agile. C’est une durée, un espace – temps pendant lequel l’équipe de projet défini des tâches et des fonctionnalités qu’elle s’engage à réaliser. Lors d’un sprint, l’équipe liste les tâches, leur donne à chacune une note de complexité, et chaque membre s’auto-attribue certaines tâches. C’est bien l’ensemble des tâches durant une période donnée qui constitue le Sprint ; elles sont matérialisées sur un tableau fixé sur un mur constitué de colonnes (qui montre l’avancement) qu’on appellera Scrum-board.

C’est donc un temps pour l’équipe de focalisation sur son objectif : produire de la valeur.

Timeboxing

La durée d’un sprint est fixe, on utilisera le terme « timeboxé » ; 3 critères doivent être pris en compte :

– l’implication des clients et des utilisateurs (et pas seulement l’équipe de projet)

– la fréquence des changements

– le cout supplémentaire engendré par le sprint (donner de la visibilité prend du temps !)

L’objectif est de limiter le temps accordé à une action pour se focaliser sur sa valeur et éviter les digressions. A la fin du temps imparti, l’action s’arrête, quelque soit l’avancement (pas de sursis)

Cette durée doit rester stable.

Sprint backlog

La donnée d’entrée d’un sprint est le backlog ; le backlog, c’est l’ensemble des petits et grands projets (ou les sous-projets au sein d’un projet plus vaste). Ce backlog est hiérarchisé, découpé, affiné, et une partie de ce backlog passe dans le sprint backlog : c’est l’engagement pris par l’équipe de produire telle tâche, telle fonctionnalité pendant la durée du sprint. En fin de sprint, toutes les fonctionnalités et tâches doivent être finies : l’équipe livre une version de l’application qui peut potentiellement être mise en production.

L’équipe doit toujours respecter la priorisation fixée dans le sprint backlog. Pour revenir sur le sprint backlog en cours de sprint, il faut l’accord du PO (Product Owner) – c’est lui qui tranche « in fine » :

•  Si l’atteinte de l’objectif s’avère difficile, en (re)décomposant les fonctionnalités ou tâches et en les replanifiant dans d’autres sprint

•  Si l’objectif est atteint plus tôt, en ajoutant des fonctionnalités ou des tâches.

2018-02-09T09:18:24+00:00